LCTO  »  Informations voyageurs  »  Qui sommes nous ?  »  Histoire de la Ville de Luxembourg

Histoire de la ville de Luxembourg

Les origines de la ville
 

Les origines et le nom de Luxembourg sont étroitement liés à un personnage et à un lieu.

En 963, un comte du nom de Sigefroi, de sang carolingien - par sa mère il descend de Charlemagne - acquiert de l'abbaye de St.- Maximin de Trèves un promontoire rocheux surplombant la rivière de l'Alzette. Selon la charte qui enregistre la transaction, un petit fort appelé "Lucilinburhuc" s'y trouvait à ce moment-là. Il était probablement d'origine romaine. Voilà que le nom de Luxembourg apparaît à la lumière de l'histoire. Le nom passera à la ville qui se forme autour, puis se transmettra au pays qui se constitue autour de la ville. Aujourd'hui, la ville et le pays portent le même nom.

Selon la légende le comte Sigefroi se serait uni à Mélusine, femme-poisson qui fait partie du folklore européen et qui aurait disparu dans les flots de l'Alzette. Quoi qu'il en soit de cette légende, Sigefroi est à l'origine de la maison de Luxembourg qui, au XIVe siècle et dans la première moitié du XVe, donnera quatre empereurs à l'Empire et quatre rois à la Bohême.


Une ville médiévale
 

rocher du bock

Le mot de "Lucilinburhuc" veut dire petit château fort. L'expression désigne deux caractéristiques qui marqueront la ville pour longtemps.

Primo, le site retenu par Sigefroi possède un intérêt stratégique évident et se prête à la fortification. La ville de Luxembourg sera une ville-forteresse pendant près de mille ans jusqu'à son démantèlement en 1867.

Secundo, elle ne sera jamais une grande ville: 5000 habitants au début du XIVe siècle, 8500 à la fin du XVIIIe siècle, 46500 au lendemain de la Première Guerre mondiale et 100000 actuellement.
Sigefroid se fera construire sur le promontoire un véritable château-fort. Des chevaliers y sont logés tandis que des artisans et commerçants s'établissent tout autour, les uns en bas, les autres en haut des rochers. Ainsi s'esquisse la distinction entre ville haute et ville basse. On ne peut parler d'une véritable ville qu'à partir de la seconde moitié du XIIe siècle quand elle s'entoure de remparts en pierre.

Certaines villes doivent leurs origines à un sanctuaire religieux, à une abbaye, à un passage de rivière ou à un croisement routier. Luxembourg les doit à son site escarpé et à l'intérêt militaire qu'il présente.


Une ville-forteresse
 

grund-villehaute

Quand en 963 le comte Sigefroid acquit le promontoire rocheux surplombant l'Alzette et que depuis la fin du Moyen Age on appelle le Bock, il avait sans doute tenu compte de critères stratégiques. Le site se prêtait à merveille à la fortification. Le comte y fit construire un château fort autour duquel se formait peu à peu une agglomération qui ne mérite le nom de ville que deux siècles plus tard. C'est vers le milieu du XIIe siècle qu'elle s'entoura de solides remparts (à la hauteur de l'actuelle rue du Fossé).

La pression démographique entraîne au XIVe siècle une extension de la ville vers l'Ouest avec la construction de nouveaux remparts (à la hauteur de l'actuel boulevard Royal). L'espace urbain passe de 5 à 23 hectares. Il faudra attendre le dernier tiers du XIXe siècle pour voir la ville franchir cette "barrière" du XIVe siècle.

A l'instar de tant de villes au Moyen Age, Luxembourg est devenue une ville fortifiée. De trois côtés - au Sud, à l'Est et au Nord-Est - elle était entourée des profondes vallées de la Pétrusse et de l'Alzette. Renforcées par des travaux adéquats, ces hauteurs sont inabordables. Du côté de la plaine, à l'Ouest et au Nord-Ouest, de puissants remparts barrent l'accès.

La Ville n'a pas subi de siège en règle avant 1443, date à laquelle Philippe le Bon, duc de Bourgogne, s'en empare par surprise. Une nouvelle époque s'esquisse pour le Luxembourg, élevé au rang de duché en 1354. Il est intégré dans l'espace des Pays Bas et entraîné avec eux dans le duel que les Valois-Bourbons et les Habsbourg se livrent aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.


Gibraltar du Nord
 

La constellation politique ainsi que le rôle croissant joué par l'artillerie vont peser sur l'avenir de la ville dont le sort se joue au cours des années 1540. Dans la lutte qui oppose François Ier à Charles Quint la ville change quatre fois de main pour rester finalement aux Habsbourg. Ceux-ci décident de revoir tout son système défensif. En de longs et interminables travaux qui s'étirent sur près d'un siècle et demi la ville fortifiée se transforme en forteresse.

Au bout d'un siège mémorable, dirigé par Vauban, la France de Louis XIV s'empare de Luxembourg en 1684. Vauban repense entièrement la défense de la ville et en fait un ensemble formidable au sens premier du mot, c'est à dire qui inspire une grande crainte. Rendue aux Habsbourg en 1697, la ville s'attire au XVIIIe siècle le surnom de "Gibraltar du Nord".
Conquise en 1795 par les troupes de la France révolutionnaire au bout d'un long blocus, la ville de Luxembourg devient en 1815, à la suite de la création du grand-duché de Luxembourg, membre de la confédération germanique, une forteresse fédérale avec une garnison prussienne.

Au XIXe siècle le Luxembourg passe du duel entre Bourbons et Habsbourg à l'affrontement franco-allemand. Une guerre a failli éclater en 1867 à son sujet entre Napoleon III et Bismarck. Elle a pu être évitée au dernier moment grâce au traité de Londres: le grand-duché est déclaré Etat neutre et les fortifications de sa capitale sont démantelées. Neuf siècles après Sigefroid Luxembourg a cessé d'être une forteresse. Il lui reste un site avec des remparts impressionnants et quelques problèmes... de trafic.


Après le démantèlement de la forteresse
 

Pendant près de neuf siècles Luxembourg a été une ville fortifiée et même une forteresse d'une envergure telle qu'elle a mérité le nom de "Gibraltar du Nord". Puis, à la suite du traité de Londres (1867), le Grand-Duché est déclaré Etat perpétuellement neutre et la forteresse est démantelée en quelques années. Il n'est pas surprenant que la ville passe par une crise d'identité. Comment éviter qu'elle ne tombe dans l'anonymat d'une petite ville de province, à l'écart des grands courants novateurs. La ville a deux atouts dans son jeu. Le premier, le démantèlement même. Après les craintes initiales elle comprend qu'il offre de belles perspectives d'expansion. Après avoir été étouffée pendant de longs siècles à l'intérieur de murs datant du XIVe siècle, la ville "s'éclate". Nos ancêtres ont su faire un usage intelligent de cette nouvelle liberté, comme en témoigne la ceinture de verdure (parc municipal) qui borde la vieille ville à l'Ouest, les quartiers résidentiels du Limpertsberg, de Belair et surtout l'exemplaire urbanisation du plateau Bourbon avec la belle avenue de la Liberté, bordée de maisons en harmonie, avec quelques constructions imposantes (Caisse d'Epargne, Administration des chemins de fer, ARBED, gare centrale) et des places charmantes, telle la place de Paris, saccagée au cours des années 1960 par des promoteurs et des architectes peu attentifs aux beautés du passé.

Deuxième atout, le site de la ville entourée de trois côtés par les vallées profondes de la Pétrusse et de l'Alzette. Il y a là quelques points de vue tout à fait extraordinaires que Goethe avait déjà salués avec enthousiasme en 1792 et qui ont séduit tant de peintres allant de Turner aux artistes du dimanche en passant par Selig, Fresez, Kutter etc. Le tourisme du XXe siècle repose en grande partie sur l'exploitation du site et des vestiges de la forteresse (p.ex. les casemates).


Une ville européenne
 

Robert Schuman

Très vite aussi les responsables politiques essayent d'attirer dans la ville des organisations internationales, mais longtemps sans grand succès. Et puis, soudainement, en 1952, c'est le grand coup de chance, le coup de pouce que la ville attendait depuis de longues décennies. Les ministres des Affaires étrangères de la première Communauté européenne, celle du charbon et de l'acier, choisissent Luxembourg comme siège provisoire. Un proverbe veut qu'il n'y a que le provisoire qui dure: Luxembourg est aujourd'hui, à côté de Strasbourg et de Bruxelles, un des trois sièges de l'Union européenne. (Organisations européennes établies à Luxembourg: Cour de Justice, Banque d'Investissements, Cour des Comptes, Secrétariat du Parlement européen, certains services de la Commission, Office des publications etc.).

L'impact sur la ville a été considérable. A partir des années 1960 un quartier européen a été mis sur place, sur le plateau du Kirchberg, relié à la ville par le pont Charlotte. Près de 8000 fonctionnaires y travaillent. Selon un mot de Jean Monnet, Luxembourg, de "petite ville est devenue un carrefour de l'Europe".

Le développement d'une place financière à Luxembourg à partir de la fin des années 1960 accentue encore le caractère international de la ville. De 17 en 1960 le nombre des établissements bancaires passe à 218 en 1994. L'implantation n'a pas que des effets heureux, car de nombreuses démeures bourgeoises des 19e et 20e siècles sont remplacés par des buildings modernes sans charme.

Malgré une dimension démographique modeste (100.000 habitants) Luxembourg est devenue une métropole, tant par ces activités de services internationales que par la composition de sa population (plus de 60% des habitants sont des étrangers, la grande majorité provenant des pays de la Communauté). La ville est un microcosme de l'Europe de demain.


Ville de contraste
 

ville luxembourg

Il n’est guère une autre capitale européenne qui puisse se targuer de contrastes aussi impressionnants que Luxembourg. Au fil de son histoire plus que millénaire, la ville, l’ancien Lucilinburhuc, fief de Sigefroi, premier comte de Luxembourg, est devenue une métropole prospère. Ces siècles d’histoire mouvementée se reflètent dans une silhouette dominée par les vestiges monumentaux de la ville-forteresse.

La topographie, marquée par de vertes vallées fluviales, est maîtrisée par plus d’une centaine de ponts qui relient entre eux des quartiers traditionnels et modernes. La population est polyglotte et cosmopolite. Plus de 67% des quelque 100 000 habitants  sont des étrangers. Cette diversité se retrouve notamment au niveau d’une offre culturelle multilingue et internationale.

Avec un cordial “Bonjour”, ou un “Moien” typiquement luxembourgeois, nous vous souhaitons la bienvenue.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus